Pour une santé durable
Réseau santé Sud Alsace

Diabète

Parce que le diabète reste un défi :

En France, la prévalence du diabète atteignait le taux de 4,7% de la population en 2013. 

Le coût du traitement médicamenteux remboursé avait atteint la somme de 7,7 milliards d’euros.

Les complications n’ont pas pour autant diminué : le diabète reste en France la première cause de cécité avant 60 ans, d’insuffisance rénale terminale et d’hémodialyse, d’amputation non traumatique.

 

Parce qu’en Alsace, le diabète est plus fréquent et plus grave :

Sa prévalence est supérieure de 20 à 30 % à celle de la France et continue d’augmenter. L’Alsace est la troisième région de France Métropolitaine touchée par le diabète, après le Nord Pas-de-Calais et la Picardie.

Le diabète représente 35 à 40 % des causes d’insuffisance rénale terminale contre 20% en moyenne nationale. En Alsace le taux d'incidence de l'insuffisance rénale chronique terminale est 30 % supérieure à la moyenne nationale. Les plaies des pieds y sont 30% plus fréquentes, et les accidents vasculaires cérébraux 10% plus fréquents.

L’écart par rapport à la mortalité nationale est en excès de 17 % pour les affections cardio-vasculaires, de 45 % pour le diabète !

 

Parce qu’à Mulhouse la situation est encore plus préoccupante :

La proportion de personnes de moins de 65 ans, bénéficiant d’une attribution d’ALD (Affection de Longue Durée) pour diabète dépasse de 39% la moyenne régionale, de 68% la moyenne nationale. La mortalité liée au diabète y est de 80% supérieure !

 

Le Réseau s’engage

Il propose à toute personne diabétique habitant dans le sud du Haut-Rhin (territoire de santé n°4) un éventail de services optimisés et coordonnés, en partenariat étroit avec son médecin traitant :

Evaluation personnalisée de la situation de santé

Coordination du parcours de soin

Prévention cardiovasculaire et de la microangiopathie

Education thérapeutique

Accompagnement individualisé

 

Comment prévenir les complications ?

PAR UNE CORRECTION AUSSI PRECOCE ET AUSSI AJUSTEE QUE POSSIBLE :

  • D’une activité physique insuffisante
  • D’une alimentation inadaptée
  • De la glycémie
  • De la pression artérielle
  • Des paramètres lipidiques
  • D’un éventuel syndrome d’apnées du sommeil
  • D’une éventuelle consommation de tabac…

 

PAR UN BILAN ANNUEL DE PREVENTION DE LA MICRO-ANGIOPATHIE 

Dépister la rétinopathie
Pourquoi ?  Le diabète est la première cause de cécité avant 60 ans en France.
Comment ?   Par un examen ou une photographie du fond d’œil, réalisé par un médecin ophtalmologiste,  ou par une rétinographie ( disponible sur les sites de Thann et Altkirch, sur rendez-vous au réseau) et qui sera analysée par un médecin ophtalmologiste ;
Résultat ?   Communiqué au médecin traitant. En cas de résultat anormal, la personne diabétique est directement informée et un contact rapide est pris avec son ophtalmologiste traitant.

Dépister la néphropathie diabétique
Pourquoi ?  Les diabétiques représentent 30 % des personnes nécessitant une dialyse et cette proportion ne cesse d’augmenter.
Comment ?   Par la recherche de la micro-albuminurie sur échantillon d’urines. En cas de  positivité, une quantification sur urines de 24 heures sera proposée.
Résultat ?   En cas d’anomalie, prescription par le médecin traitant d’un traitement protecteur des reins.

Dépister la neuropathie diabétique
Pourquoi ?  Le diabète multiplie le risque d’amputation par 10 à 30.
Comment ?   Par un examen simple, rapide et totalement indolore, par monofilament et diapason gradué.
Résultat ?  En cas d’anomalie, communication de conseils de prévention, invitation à participer à un atelier de prévention pied. Possibilité de consulter un podologue  à la recherche d’une anomalie morphologique du pied.
Suivi podologique recommandé auprès d’un podologue agréé si la neuropathie s’associe à une artérite ou une anomalie morphologique.

 

PAR UN BILAN ANNUEL DE PREVENTION DE LA MACRO-ANGIOPATHIE :

  • Pourquoi ? Parce que 2/3 des personnes diabétiques meurent de complications cardiovasculaires.
  • Comment ? Par un contrôle régulier chez le cardiologue, et si besoin, chez l’angiologue.
  • Quels services du réseau ? Le réseau propose une évaluation du risque cardiovasculaire et de la cible LDL cholestérol, une aide à l’auto-mesure tensionnelle,  au sevrage tabagique, au dépistage de l’apnée du sommeil.

 

 

Siège social MULHOUSE
18 rue François Spoerry - 68100 MULHOUSE